"Le mouvement du 1er mars 1919: Samiljeol"

Mis à jour : mars 14

En ce début de mois de mars un événement en Corée du Sud a eu lieu. Un événement festif mais aussi riche en émotion: la commémoration du mouvement pour l’indépendance ou Samiljeol (삼일절) comme les coréens l'appellent.

Même si nous ne pouvons pas comparer le Samiljeol avec la fête Nationale française car celle-ci est le 15 août en Corée, nous pouvons néanmoins rapprocher ces deux évènements. En effet, il s’agit de deux initiatives du peuple pour un changement de gouvernement. Ces deux mouvements ont permis du côté français de passer d’une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle et du côté coréen le gouvernement militaire est devenu un gouvernement civil. La prise de la Bastille et le Samiljeol marquent tout deux le début vers la libération du peuple.

Si la fête Nationale Française n'a plus de secret pour personne, que connaissez-vous du mouvement pour l’indépendance en Corée ?

Toute autre date, toute autre époque, la commémoration du premier mouvement de l’indépendance était le 1er mars et les habitants pouvaient profiter de cette journée fériée pour vaquer à leur occupation personnelle (même si cette année le 1er mars était un dimanche).

Remontons ensemble dans le temps pour expliquer cette fête, son symbole et ainsi mieux comprendre ce pays si loin de l'Europe et si différent du nôtre!


L’émergence du mouvement

Le 1er mars commémore un mouvement qui a eu lieu le 1 mars 1919 contre l'occupation Japonaise.

C’est l'une des premières manifestations populaires dirigée contre l'autorité nipponne.

Il faut savoir qu'à partir de 1910 le Japon s'est officiellement installé en Corée. Les coréens ont alors préparé cette initiative depuis la fin 1918, initiée par des religieux Chondoïstes, Chrétiens et Bouddhistes mais aussi des intellectuels et des étudiants. Mais vous vous demandez sûrement ce qui a poussé les coréens à préparer ce mouvement, ce qui a réellement déclenché cette décision, ce désir de sauter le pas et de s'affranchir des japonais ?

La réponse est simple: la mort de l'ancien roi Kojong ! La colère du peuple coréen est alors à son comble lorsque les japonais sont soupçonnés d'avoir empoisonnés l'ancien roi. À cela s’ajoute le décès de plusieurs figures coréennes importantes qui ont eu lieu par la suite.



Le mouvement pour l’Indépendance coréenne

C'est donc le 1er mars 1919 que de nombreux coréens se réunissèrent au parc de la Pagode pour la

lecture d’un manifeste de l’indépendance (la Déclaration d’indépendance coréenne) puis ils défilèrent de manière pacifique en demandant l'indépendance de la Corée et en criant « Manse ! » qui signifie « vive la Corée » ou « que la Corée vive 10 000 ans ».

Ensuite les manifestants déferlèrent peu à peu dans toute la Corée et attaquèrent les bureaux d'administrations.

Les Japonais répondirent à la révolte par la violence et des renforts arrivèrent en Corée.

Toute l'année 1919 est synonyme de brutalité et massacre mais grâce au mouvement coréen les japonais se virent obliger de remplacer leur administration militaire par une administration civile.

Un nouveau gouverneur-général de Corée est alors nommé, et tente de modérer la politique japonaise très dure à l’égard du peuple occupé. C’est une première victoire pour les coréens.

Un mois après la manifestation le gouvernement provisoire de la République de Corée est exilé à Shanghai et il disparut seulement après la capitulation du Japon en 1945.


Prise de la Bastille VS Mouvement pour l’indépendance coréenne

Il faut bien comprendre que le 14 juillet 1789 est la première intervention du peuple parisien dans la Révolution et dans la vie politique française, elle marque vraiment la fin de l’administration royale. A contrario la Corée n’a pas été libérée du Japon le 1er mars 1919 tout comme nous l’avons été de la monarchie absolue. Mais il s’agit pour les coréens du premier pas des occupants, les japonais, vers eux ; c’est la première fois que les japonais entendaient leurs réclamations. Et il s’agit du premier mouvement du peuple coréen qui aboutit à un résultat. Il faudra tout de même attendre le 15 août 1945 (journée nationale de la libération de la Corée appelée Gwangbokjeol qui signifie « jour du retour vers la lumière ») pour que la Corée du sud et du nord soient libérées de l’occupation japonaise. Aujourd’hui de nombreuses activités ont lieu le 15 août en Corée notamment une cérémonie officielle en présence du président.


Pour finir sur cette douloureuse mais non vaine année, nous pouvons souligner le courage de la jeune femme de 16 ans Yu Gwan-sun qui a pris la tête de ces manifestations. Elle fut arrêtée, torturée et mourut en prison en 1920. Il s'agit aujourd'hui d'un symbole de la résistance et de la Jeanne D’Arc coréenne. En termes de chiffre, notons que ce mouvement a compté 2 000 000 de participants et que la répression japonaise face aux manifestants fut 7 000 morts et 40 000 arrestations.




La commémoration de ce mouvement

Pour commémorer cette date très importante pour la Corée, chaque 1er mars les rues sont ornées de drapeaux nationaux (Taegukki) et les habitants profitent d’une fête nationale au cours de laquelle une lecture de la Déclaration d’indépendance coréenne de 1919 est réalisée. De plus, durant cette journée des concerts, des défilés, des expositions sont organisés. À Bosingak, à Séoul, la cloche est sonnée pour honorer les soldats morts. Aussi le maire de Séoul et d’autres invités sonnent 33 fois celle-ci en l’honneur des 33 militants qui sont à l’initiative de la Déclaration d’indépendance.




Si la Corée est un pays tel que nous le connaissons aujourd'hui c’est grâce à son Histoire. Une Histoire source de richesse, d'événements dramatiques mais nécessaires aux premiers pas vers le retrait du Japon et vers une Corée émancipée.



24 vues
Stay Updated

© 2020 By K-TUBE | ktubefrance@gmail.com